top of page

Conseils pour une première exposition lors d’un salon de créateur

Les 4 et 5 décembre 2022. J’ai eu la chance de participer au premier Salon des Talents de Femmes, organisé par l’association Soroptimist de Menton. Durant ce week-end, une cinquantaine de femmes se sont retrouvées, au sein du Palais de l’Europe, pour montrer leur savoir-faire au public.

Ce salon était une première édition, autant pour les organisatrices de cet évènement, que pour moi-même. Et si je devais résumer en quelques mots ce week-end, je dirais que je suis passée par pas mal de sentiments.

À travers mes propres émotions, je voulais partager avec vous quelques anecdotes et quelques conseils pour ceux et celles qui auraient le projet d’exposer lors d’un salon ou qui prépareraient leur exposition.


I) L’ANXIÉTÉ : Quand on ne se sait pas comment faire...

Personnellement, je dois avouer qu’au début, j’étais plutôt confiante. Je m’étais bien préparée et j’avais pensé à tous les scénarios possibles. Je m’imaginais pouvoir tout gérer seule.

Je devais arriver le vendredi, tout décharger et m'installer entre 14h et 18h. Un vernissage était organisé le soir même, où seules les exposantes étaient conviées. Ensuite, le samedi, le salon ouvrait ses portes au public de 10h jusqu’à 18h. Idem pour le dimanche, à la seule différence que le remballage était prévu à partir de 17h.

Jusque-là, je me disais « Ça va être facile, une fois que je suis installée, il n’y a plus qu’à attendre. »

Oui mais voilà, quelques jours avant l’installation, j’ai commencé à me dire que je n’arriverai pas à tout faire moi-même. Je me rends compte que je n’avais encore jamais eu à accrocher des tableaux côte à côte, alignés tous au même niveau. En vérité, j’ai toujours évité ce genre de situation.


Des tableaux mal alignés ça ne fait pas très pro... Alors pour ma première expérience, j’ai préféré demander de l'aide. Après tous, quelqu’un qui sait sera plus efficace que quelqu'un qui ne maîtrise pas le sujet. Nous avons opté pour l’accrochage avec des clous. Et je peux le dire, je sais maintenant parfaitement aligner des tableaux.


Conseils : • N'ayez pas peur de demander de l’aide. Soit en demandant d'être accompagné (au moins le temps de l’installation), soit en demandant du renfort aux organisateurs de l’évènement. 
• Renseignez-vous sur l’emplacement que vous allez avoir, combien de panneaux et quelles seront les autorisations et les interdictions au niveau de l’accrochage.

II) LA JOIE : Quand on vies des rencontres inattendues...

Au-delà de la joie, je pense que j'étais tout simplement euphorique ! J’attendais cet événement avec tellement d’impatience que je n'ai pas cessé d’en parler pendant des semaines. Même si de nombreuses questions m’ont traversé l’esprit avant l’exposition, pendant et même après, je garde en tête que cette expérience était belle et enrichissante.

J’ai eu la possibilité de parler avec des artistes d’univers différents, d’expérience différente et de régions différentes. Et tous ses échanges, qu’ils soient brefs ou plus longs, sont sources de bonheur et de gratitude.


Pour la petite anecdote, le samedi matin, lorsque j’attendais les premiers visiteurs, j’ai reçu une notification sur Instagram. J’y ai répondu, et je suis retournée, machinalement, sur le fil de mon actualité. Une photo est apparue sur l’écran. Je me suis aperçue que je connaissais cet endroit. J’ai regardé de plus près et je me suis rendu compte que c’était précisément au Palais de l’Europe, l’endroit même où j’étais. Je me suis empressée de regarder qui avait posté cette photo et j’ai vu que c’était l’artiste, SIL, que je suis depuis quelque temps maintenant. Je n’ai pas pu résister, je suis allée lui parler. Cet échange a été pour moi, très enrichissant. Et chaque conseil bienveillant qu'elle aura pu me donner, me permettra de progresser.


Conseil : Chaque rencontre vous apportera quelque chose. Peu importe que l'échange soit bon ou mauvais, qu'il soit avec un amateur d'art, un collectionneur, un artiste ou un galeriste, il aura pour vertu de vous forger et de vous faire grandir.
III) L’INTIMIDATION : Quand les médias sont présents...

Peut-être que vous n’êtes pas du tout timide et que parler, face caméra, ne vous effraie pas. Dans ce cas, tant mieux ! Cela vous fera une émotion en moins à gérer.

Mais pour moi, ce fût une autre histoire. De manière générale, les médias, la radio, la télé ou les journaux, sont présents lors d’évènements de ce genre.

Pour le Salon des talents de Femmes, c’était une radio locale « Fréquence Méditerranée » qui couvrait l’évènement et c’est Jean-Luc Ghisolfo qui était au micro pour animer et présenter le salon.

Je suis de nature réservée et très timide. Parler de moi me met mal à l’aise. Et dans ces manifestations, les exposants sont souvent amenés à parler de leur travail.

J’étais tellement intimidé d’être interviewé, et en plus de ça, d’être filmé, que cela me filer la nausée. Mais je l’ai fait, j’ai laissé cette peur de côté, le temps de quelques minutes et j’ai joué le jeu.


Je partage la vidéo, pour ceux qui, comme moi, n’osent pas parler en public. Cela leur montrera que le ridicule ne tue pas et que c’est un exercice qu’il faut apprendre à faire, pour qu’un jour, il devienne facile. Parlez de ce qui nous passionne est en réalité beaucoup plus simple qu'il n'y paraît.

Conseil : Laissez-vous guider par l’animateur ou le journaliste. Il saura vous mettre à l’aise et combler vos « blancs ». Il mènera la danse, c’est son métier, pour que vous ne soyez pas trop intimidé. 
Et puis, si vous bafouillez ou êtes stressé, ce n’est pas grave. Comme je l’ai dit plus haut ça ne vous tuera pas. Soyez fière de ce que vous faites et de ce que vous êtes.

IV) LE DECOURAGEMENT : Quand on ne se sent pas à la hauteur...

J’ai ressenti à deux reprises ce sentiment de découragement.

La première fois au moment du vernissage et la seconde le dimanche en fin d'après-midi.


Après l’installation, toutes les exposantes étaient invitées pour le vernissage.

Une fois le discours terminé, j’ai fait un petit tour pour voir les réalisations des autres créatrices et là, patatras...

J’ai commencé à me comparer aux autres artistes peintres. J’ai eu envie de tout annuler, de remballer et de revenir l’année prochaine avec plus d’expérience. Je ne me sentais pas à la hauteur. Les autres peintres étaient plus expérimentées que moi, elle avait de l'assurance et un talent indéniable.

Mais malgré mon découragement, je suis restée. Et je ne le regrette pas car j’ai vécu toutes ses expériences aussi importantes les unes que les autres. Et chacune d’entre elles aura le pouvoir de me faire avancer et de me permettra d’évoluer.

Le deuxième moment, où le découragement s'est fait sentir, c’est 2h avant la fin de l’événement. Je n’avais réalisé aucune vente de tout le week-end. J’ai eu le sentiment qu’après ces 2 journées mon travail ne plaisait pas…

Toutes ces émotions que je vivais en si peu de temps m’avaient épuisée et je me disais que j’avais vu trop grand et que j’aurai dû attendre avant de me lancer dans un projet pareil.

À la fin du salon, 30 minutes avant la fermeture, un homme s’est approché et m’a dit : « Ça fait plusieurs fois que je passe devant votre stand et je trouve votre travail magnifique… »

Cette phrase est arrivée pile au moment où les doutes s'étaient installés. Cet échange m’a reboosté au moment où je perdais confiance en moi.


Conseil : vous ne plairez certainement pas à tout le monde, vous ne réaliserez peut-être pas ou peu de vente, mais vous allez montrer votre travail, votre savoir-faire, votre univers. Sur un salon de créateur, vous allez construire votre réseau. Vous allez à la rencontre de nouvelle personne et vous allez vous faire connaître. 
À la fin du salon, allez parler aux autres artistes et voyez comment le salon s'est passé pour eux… Vous vous apercevrez bien vite que si cela n’a pas pris la tournure que vous attendiez, cela ne vient peut-être pas de vous mais du public et de leurs attentes. 

5) L’ACCEPTATION : Quand on est là où on doit être...
Parler de ce qui nous passionne est si facile...

Les choses ne se passent pas toujours comme on l’imaginait.

Je pensais y arriver seule mais j’ai été accompagnée du début jusqu’à la fin. Je pensais faire quelques ventes mais au lieu de ça je n’ai distribué que des cartes de visite.

Pourtant malgré, les émotions, négative au premier abord, que je viens d’énumérer, je participerai volontiers à la 2e édition du Salon des Talents de Femmes.


J’ai exprimé autour de moi le fait que je doutais de moi et quelqu’un m’a dit « Tu es une artiste et ta place est avec les artistes ». Je pense qu'à partir de maintenant, cela deviendra mon mantra…

Conseil : Que ce soit un salon d’artiste de haut niveau ou celui de créateur de tout univers confondue. Vous avez choisi de participer à cet événement parce que vous sentiez prêt(e) à le faire. C'est que vous êtes là ou vous devez être...
 

Toutes ces lignes sont le reflet de ce que j’aurais aimé qu’on me dise avant de participer à ce salon.

Se lancer dans le monde des « grands » peut faire peur mais cette expérience est tellement excitante que ça vaut la peine de le tenter.

Si vous aussi, vous passez par des moments de doute avant une exposition, ou que vous n’osez pas vous lancer dans cette aventure, partagez-nous-le commentaire.






16 vues0 commentaire

Bình luận


bottom of page