top of page

Comment savoir si on utilise le cerveau droit ou gauche ?


Je vais vous raconter l’histoire de ce tableau.

Au départ ce n’est qu’un simple bouquet (oui, encore une fois). Un très joli bouquet de lys. Comme ce sont mes fleurs préférées, j’ai eu envie de m’en inspirer pour réaliser ce tableau.

Lors des premières étapes de réalisation, tout avançait plutôt bien. Le fond était placé, mes fleurs étaient correctement dessinées au fusain sur ma toile. Tout se passait parfaitement bien. J’étais pleinement satisfaite de l’évolution du tableau. J’ai mis en couleur les fleurs, les bourgeons, les branches. Chaque élément avait trouvé sa place. Mon tableau était presque fini. Il ne me restait plus qu’à apporter ma touche fétiche, mes éternelles gouttes de peinture et mes différentes « trainées » de couleur. Et c’est là que tout a basculé. Il y avait quelque chose qui ne me plaisait plus. Et au lieu de trouver ce qui clochait, j’ai laissé mon cerveau droit prendre le dessus et essayer de « rattraper » mes erreurs sans même comprendre où elles se trouvaient.

Le cerveau (hémisphère gauche et droit)

Il faut noter que notre cerveau pourrait être divisé en 2 parties : L’hémisphère gauche et l’hémisphère droit. Chacun d’entre eux aurait des fonctions bien spécifiques. Ils auraient une influence directe sur notre façon de créer, dessiner ou peindre. Bien sûr cette analyse est simplifiée et caricaturée mais elle permet de comprendre pourquoi nous pouvons parfois rencontrer des difficultés lorsque nous dessinons ou nous créons.


L'hémisphère gauche nous sert à PENSER LOGIQUEMENT. Il nous permet d’emmagasiner un maximum de connaissances qu’elles soient mathématique, linguistique ou rationnelle. Il nous permet de nous organiser méthodiquement. Il structure nos pensées et nos idées. Dès l’enfance, c’est la partie de notre cerveau que nous sollicitons le plus car c’est avec elle que nous apprenons à lire, écrire et à identifier les objets. Cet hémisphère ne nous permet de réaliser qu’une seule tâche à la fois mais nous aide à avoir de la rigueur dans chacune de nos actions.


A l’inverse, l’hémisphère droit est étroitement lié aux ÉMOTIONS et à l’INTUITION. Il ne rationalise pas mais interprète de façon globale ce qu’il voit. Il est le siège de la créativité, de l'empathie et de la sensibilité. C’est aussi ce côté qui nous permet d’imaginer.


En peinture et en dessin, l'un ne va pas sans l'autre

En peinture ou en dessin nous utilisons les 2 parties de notre cerveau. Si elles ne sont pas utilisées simultanément, elles sont totalement complémentaires.

La partie gauche nous servira à apprendre les différentes techniques, à rationaliser telle ou telle scène et à analyser les erreurs que nous pouvons rencontrer tout au long de la création. La partie droite, quant à elle, se concentre sur l’émotion et le bien-être que produiront les coups de pinceaux sur la toile. Il nous permet également de « copier » ce que nous voyons de façon globale sans réfléchir et sans analyser. Ce même côté, nous permet de déterminer si ce que nous faisons est beau ou non. Si cela nous plaît sans pour autant comprendre « pourquoi » (ça c'est le cerveau gauche qui l’analysera).


En pratique

Certaines personnes n’arrivent pas à dessiner. Pourquoi ? Parce que c’est le côté gauche de leur cerveau qui s’active. Il rationalise et analyse le sujet. Or pour reproduire exactement ce que l’on voit, il faut faire appel au cerveau droit.

Par exemple : Si votre sujet est une fleur, votre cerveau gauche voudra dessiner une fleur. Il fera appel à ces souvenirs et se dira qu’il doit dessiner les pétales, rajouter la tige et ensuite les feuilles sans regarder la fleur en question. En revanche, quand vous utilisez votre cerveau droit, celui-ci vous enverra l’information de dessiner une courbe qui remonte légèrement vers le haut, puis une autre courbe qui descend légèrement vers le bas, etc. Ainsi vous copiez simplement ce que vous voyez et non pas ce que vous pensez voir.


En peinture, c’est la même chose. À quelques différences près. En peinture on peut copier : « ici, je vois un peu de bleu alors je mets du bleu, là je vois du jaune, alors je mets du jaune, etc. ». Mais, il est aussi possible d’inventer et donc laisser libre cours aux émotions (et donc au cerveau droit).


Les astuces

La difficulté est de jongler entre les deux hémisphères en toute conscience pour limiter les erreurs lors de vos processus créatifs. Dès l’instant où l’on commence à se dire : "je n’aime pas ce que je fais" ou "ce n’est pas beau"…, c’est le cerveau droit qui parle. Il faudra alors faire une pause. Détachez votre regard de votre travail et revenez le voir quelques minutes plus tard en vous posant les bonnes questions. Qu’est-ce qui ne va pas ? Mes ombres sont-elles bien placées ? Y a-t-il assez de profondeur ?... Ainsi ce ne sera plus votre cerveau droit qui sera en activité mais bien votre cerveau gauche qui prendra le relais et évitera ainsi les erreurs dues à l’affecte.


A l’inverse, si vous sentez que vous intellectualisez un peu trop votre modèle en vous demandant par exemple : "Mon œil est-il bien placé ?", remplacez l’"œil" par des formes simples, comme des "courbes, droites, cercles"… Ainsi pour activer le côté droit de votre cerveau, il vous suffira d’observer les contours composant votre sujet sans émettre d'interprétations quelconques. Copier simplement ce que vous voyez.


Il est aussi important de prendre en compte que créer pendant que l'on écoute de la musique, que l'on met une émission à la télé ou toutes autres activités en même temps, vous utiliserez le cerveau droit plutôt que le gauche. Donc si votre objectif est de vous exercer à diverses techniques artistiques. Évitez de cumuler plusieurs activités. Concentrez vous sur vos exercices uniquement.


En conclusion

Pendant que je peignais mon tableau, j’utilisais le côté droit de mon cerveau, puisque je prenais beaucoup de plaisir à peindre et que je copiais ce que je voyais. Mais dès l’instant où j’ai constaté que ce que je faisais ne me plaisait plus, j'aurai dû faire une petite pause afin d'en comprendre la cause.

Au lieu de rester sur le côté droit de mon cerveau et rater les dernières étapes de création, il aurait fallu que j'utilise l'hémisphère gauche pour rationaliser ce qu’il n'allait pas. J’ai donc laissé mes émotions prendre le dessus et ainsi gâcher tout le travail que j’avais fourni.

J’ai pourtant recommencé à zéro, en recouvrant ma toile d’un nouveau fond, et j’ai, cette fois, pris le temps de faire des pauses pour ne pas reproduire les mêmes erreurs.

 

J’espère que cet article vous aura permis de comprendre pourquoi, au-delà de l’aspect technique de l’art, il arrive qu’on ne réussisse pas à réaliser un dessin ou une peinture. Je vous partage aussi un livre qui m’aura permis de comprendre tout ça Betty Edwards – Dessiner grace au cerveau droit + le cahier d’exercice qui va avec.

254 vues0 commentaire

Comments


bottom of page